Impact

Depuis 2006, Music Fund, c’est :

6000
Instruments collectés
3000
Instruments réparés et donnés
13
Organisations partenaires
9
Ateliers installés dans les pays partenaires
16
Réparateurs formés
18
Centres de collecte dans 6 pays européens

Et en 2017 :

600
Instruments collectés en Europe
500
Instruments réparés et distribués
9
Formations dans les pays partenaires
6
Stages pour réparateurs en Europe

Success stories

Hamza Boutaghrassa a 26 ans et est issu d’une famille modeste de Tétouan. Fan invétéré de Chopin, il est passionné de piano et se rend dès qu’il peut au Conservatoire pour répéter ses gammes. En 2011, un accordeur français de l’ITEMM (Institut technologique européen des métiers de la musique, au Mans) en mission pour Music Fund le repère pour son excellente oreille. Hamza a suivi, depuis, sept formations locales (70 jours), passé deux mois en Belgique dans les ateliers Hanlet à Bruxelles (2014) et est revenu fin 2017 pour deux mois et demi. Dans la région de Tétouan, il est le seul à détenir les compétences pour accorder les pianos. Il travaille aussi chez des particuliers et commencera, en 2018, à donner des cours de piano à Chefchaouen tout en continuant son travail d’accordeur.

Lyve Mando Mengi a 23 ans et est né à Kinshasa. Il a connu un parcours difficile, mis de côté par sa famille après la mort de sa maman et le remariage de son père. Cette situation l’a amené à vivre dans la rue, avant d’être recueilli par les services gouvernementaux et d’entrer à l’Espace Masolo. Mando va y apprendre le théâtre de marionnettes et, surtout, le saxophone, son instrument fétiche. D’une grande précision, il tape dans l’oeil des différents formateurs en réparation qui sont passés donner cours bà l’Espace Masolo ces dernières années. En 2017, il vient se perfectionner à Marche et accomplit une jolie tournée en Allemagne avec la fanfare de l’espace Masolo. Cerise sur le gâteau : c’est lui qui assure la première formation en entretien d’instruments à vent dans le nouveau projet de Music Fund à Bukavu en partenariat avec Ndaro Culture. Créer un échange entre jeunes talents congolais et voir un formateur local capable d’assumer huit jours d’enseignement a été pour Music Fund un véritable accomplissement.

Luthier violon prometteur, Ozias a déjà eu l’occasion d’effectuer plusieurs formations locales à Maputo et de passer, en 2014 et 2015, plusieurs mois à Crémone, haut lieu de la lutherie. En 2017, il est d’ailleurs revenu dans cette ville pour parfaire son apprentissage. « J’ai beaucoup appris. Notamment lors de mon stage chez Luisa Campagnolo, à Crémone, où j’ai pu rencontrer des luthiers italiens. Ces stages ont aussi profité à l’ECA, ainsi qu’à d’autres musiciens en dehors de l’ECA car nous avons été en mesure de réparer leurs instruments. » En Italie, Ozias s’est aussi passionné pour le choix des bois de lutherie et il se sert de son expertise pour créer des versions améliorées du mbira (un lamellophone traditionnel mozambicain). Ozias enseigne aujourd’hui la lutherie à l’ECA.